Hé non, ce n’est pas pour « faire style » que les yogis font des formes bizarres avec leurs doigts ! Mais ce n’est pas forcément une évidence de savoir ce que c’est ni à quoi ça sert… Pratiqués souvent (ou pas !) dans les cours de yoga, les mudras sont des gestes sacrés (souvent réalisés avec les mains), utilisés depuis des millénaires qui, exécutés correctement et régulièrement, apaisent nos états d’âme et préservent notre santé. Ils peuvent être pratiqués à tout moment : pendant une méditation, dans les postures, mais aussi dans les transports, n’importe où et n’importe quand !

Mudra signifie « sceau », il servent ainsi à « sceller » l’énergie, à maintenir le Prana dans le corps, un peu comme les bandhas finalement (voir vidéo sur les bandhas). Euh le Prana ? C’est ton énergie vitale, la potion magique qui fait que tu es en vie !

Il existe une multitude de mudras et chacun a des propriétés bien spécifiques ; comme une caisse à outils que tu aurais toujours sur toi, tu peux les utiliser en fonction du besoin, à tout moment du jour et de la nuit !

« Chaque doigt a une fonction et un pouvoir spécifique au sein de l’organisme. Celui qui sait employer ce pouvoir peut préserver la santé de son corps et la paix de son esprit. »
(Extrait du livre « Mudra, Le yoga des doigts » de Juliette Dumas et Locana Sansgrenet que je recommande vivement si ce sujet t’intéresse.)

En Ayurveda (la médecine indienne), chaque doigt est associé à un des cinq éléments. Selon que les doigts d’une même main sont en contact les uns avec les autres ou avec ceux de l’autre main, les éléments relatifs à chacun ne sont pas les mêmes.

Voici la correspondance entre les doigts et les éléments quand les doigts d’une même main se touchent :

Pouce = Feu (manipura, chakra du plexus solaire)
Index = Air (anahata, chakra du coeur)
Majeur = Éther ou espace (vishuda, chakra de la gorge)
Annulaire = Terre (muladhara, chakra racine)
Auriculaire = Eau (svadhisthana, chakra sacré)

Quand les doigts sont en contact avec ceux de l’autre main :

Pouce = Éther ou espace (vishuda, chakra de la gorge)
Index = Air (anahata, chakra du coeur)
Majeur = Feu (manipura, chakra du plexus solaire)
Annulaire = Eau (svadhisthana, chakra sacré)
Auriculaire = Terre (muladhara, chakra racine)

La pratique des mudras permet selon cette conception d’agir de façon physiologique, en stimulant ou apaisant un ou plusieurs éléments dans le corps (par exemple, toute inflammation traduit un excès de feu, qui peut être apaisé en agissant sur cet élément…)

COMMENT LES UTILISER ?

Comme pour tout ou presque, il y a plusieurs écoles…
Tu entendras parfois dire qu’il faut en choisir un (d’ailleurs en vrai le mot mudra est féminin, mais je reste sur un mudra, c’est plus fort que moi 😝) et le pratiquer pendant une période assez longue (plusieurs semaines) pour en ressentir les effets ; d’autres diront que tu peux les choisir sur le moment en fonction du besoin et changer à chaque fois…
Ma recommandation, comme pour tout ou presque ;), c’est de faire au feeling, toi seul(e) peux savoir ce qui te convient à TOI, donc explore les différentes possibilités, et observe ce qui te fait le plus de bien, et surtout fais-toi confiance !
La seule chose qui est sûre, c’est que pour que ça fonctionne il faut les pratiquer !

COMBIEN DE TEMPS GARDER UN MUDRAS ?

1, 5, 10 ou 40 minutes, le plus possible, en une ou plusieurs fois, autant que nécessaire…
Encore une fois, fais en fonction de ton ressenti, sachant que plus tu pratiques régulièrement, en portant ton focus pleinement sur ce que tu es en train de faire, plus tu récolteras de résultats.

QUELQUES EXEMPLES DE MUDRAS :

ANJALI MUDRA, le geste d’humilité

Anjali mudra est un geste très répandu en Inde et en Asie en général, dont la symbolique est puissante. Il est réalisé pour honorer la personne en face de soi, s’honorer soi et s’incliner devant ce quelque chose d’inexplicable, en signe d’humilité et de paix, un simple geste qui suffit à placer tout le monde sur un pied d’égalité.
Utilisé souvent en début et fin de pratique, comme un geste de révérence, d’unité, de gratitude, il permet de ramener l’attention au présent, au centre, à soi.
On l’appelle aussi le mudra Namaste, comme la formule qu’on entend dans les cours de yoga qui signifie « la lumière en moi honore la lumière en toi ». Quand je l’emploie à la fin de mes cours, c’est dans un esprit de profond respect, pour remercier chaque personne d’avoir partagé ce moment, de s’être offert ce temps, d’âme à âme.

DHYANA MUDRA, le geste de méditation

Le dos de la main droite est déposé dans le creux de la main gauche, les extrémités des pouces ensemble, le tout forme un bol, qui accueille tout ce dont on a besoin sur notre chemin. Ce même bol qui symbolise le vide dans les pensées, clin d’oeil au second Sutra de Patanjali, «Yoga Chitta Vritti Nirodha», définissant le Yoga comme l’arrêt de l’activité automatique du mental. Ce mudra favorise la concentration, il ralentit le flux des pensées, pour permettre d’accéder à un état de conscience affiné.
Dhyana mudra est le geste « classique » de méditation.

KALI MUDRA, le geste de transformation

Kali est une déesse hindoue redoutable, incarnant la préservation et la destruction, elle est à la fois la mère créatrice et destructrice de l’univers.
Les doigts pointés vers le bas, Kali mudra favorise l’élimination de tout ce qui doit partir, la dissolution des tensions et de l’énergie négative, qui retournent à la Terre. Vers le haut, les doigts représentent un sabre qui tranche les obstacles à la réalisation de soi, qui donne la force, la détermination et le courage d’avancer.
J’aime pratiquer ce mudra dans les postures comme les guerriers, qui demandent de la volonté, de l’équilibre, qui activent le feu et réveillent la force intérieure.

Ce n’est qu’une micro sélection parmi une multitude de possibilités… Pour aller plus loin, le livre dont je parle plus haut, Mudras, Le yoga des doigts est très complet, tu peux y trouver de quoi remédier à tous les petits soucis de la vie. À toi la gym des doigts !

Marie ♡